Keith Jarrett

35 ans de Légendes : Keith Jarrett

Ce pianiste américain de génie est l’un des musi­ciens les plus créatifs du jazz contemporain. Révélé au début des années 1960, il s’est d’abord illustré aux côtés de Charles Lloyd puis de Miles Davis.

Il entame ensuite une féconde carrière de soloiste, qui connaîtra plusieurs phases et sera ponctuée de fructueuses collaborations. Il est depuis longtemps l’objet d’un culte qui ne connaît pas de frontières.

Bonjour Montréal

C’est en 1987 que Keith Jarrett fait son premier arrêt au Festival International de Jazz de Montréal. Le prodigieux improvisateur avait quand même déjà offert quelques concerts en solo mémorables dans la métropole. En 1987, donc, il revient avec une formation jazz qui, outre le pianiste, compte sur Jack DeJohnette à la batterie et Gary Peacock à la basse.

En 1990, Keith Jarrett revient se produire au Festival, cette fois en solo, proposant un nouveau menu rempli de « standards », un cadeau unique qu’il n’a offert qu’à deux autres villes dans le monde.

Il ne s’agit là que d’une parenthèse puisque que, à chacune de ses visites subséquentes, notre homme se produira aux côtés de ses camarades Peacock et DeJohnette.

Le plus beau trio piano-basse-batterie des années 1980, selon certains. Son souffle, ses déhan­chements, ses transes sont au­tant d’éléments qui caractérisent Jarrett la bête de scène. Quant aux cordes élancées et aux peaux sensibles des Peacock et DeJohnette, elles suivent le mouvement avec le même esprit de liberté et d’empathie que lors de leurs beaux jours avec Miles Davis.

En 2004, il est de retour, flanqué de ses compagnons de trio, pour célébrer le 25e anniversaire du Festival. Présence logique, vu l’importance du personnage. Six ans plus tard, le pianiste se ramène au Festival avec les fidèles Gary Peacock et Jack DeJohnette.

Cette année, en 2014, nous vivrons un réel moment d’anthologie en compagnie d’une légende vivante du Festival, considéré par plusieurs comme un des musiciens les plus importants du dernier demi-siècle.